Allez, Elsa, ça fait longtemps qu’on…

Publié le par Elsa


… t’avait pas lue !

 

Ca fait tellement longtemps que je n’ai pas blogué ! Je découvre seulement ce soir qu’Over-blog a changé la page d’accueil pour administrer le site. Bon ok, vous pouvez le dire, vous vous en foutez.

 

Je n’ai pas le temps de bloguer parce que j’ai plein de projets en cours, plein de week-ends programmés par-ci, par-là… mais ce soir j’ai envie de vous écrire comme en d’autres temps, lointains maintenant, je suçais mon pouce, blottie contre maman. Le blog-doudou, comme quoi un blog ça sert à tout.

 

Je suis allée dans le limousin, faire une rando avec des copains randonneurs et voir de bééétes :

 

 L1130505 (2)

 

L1130506 (2)

 

Et des champignons GEANTS !

 

L1130511 (2)

 

Je suis allée dans le sud me faire chouchouter par Vaness’ et Mika. J’ai bien aimé monter me coucher la première, et entendre à travers les murs le rire chaud de Vanessa, restée en bas.

 

Beziers (10)

 

Beziers (13)

 

Baignade dans l’Hérault et balade à Saint-Guilhem du Désert, c’est beau le sud.

 

Beziers (22)

 

Hier soir en éteignant je me suis demandé depuis quand je n’avais pas vu un coucher de soleil. J’avais fait cette expérience en voyage de voir presque tous les soirs le soleil se coucher, et je m’étais dit que c’était CA la marque d’un temps exceptionnel de la vie. Quand le rythme et les priorités sont tels que l’on voit tous les soirs le ciel s’embraser au-dessus de l’horizon américain ou le ciel de Nouvelle-Zélande rosir timidement. Avoir comme préoccupation principale de la journée d’être au pied d’Uluru au centre du désert rouge d’Australie, pour voir le monolithe se moirer d’ocres et de roses au fur et à mesure que l’astre descend dans le ciel, et revenir au petit matin pour se l’offrir violet foncé sur fond de ciel parme et saumon. Tous les soirs un nouveau spectacle, et toujours le même plaisir à le voir encore, répéter inlassablement la même course sans se dire que cette répétition est une névrose pathogène… dont il devrait peut-être se débarrasser ?

 

Quand on arrive à ce point des réflexions, il est clair qu’une envie des vacances pointe son nez ; alors j’en profite pour vous parler de mes projets : cet été je vais au Kirghizistan avec Béa et Juliette. Puisqu’on m’a privée de grands espaces américains, je m’offre les plaines d’Asie centrale. Na !

 

Des plaines, de l’air, des copines et des yourtes.

600681 10150996606236335 1619462911 n

 

Et peut-être des couchers de soleils aux couleurs inédites ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article