Silence Radio

Publié le par Elsa

Non non je ne vous ai pas oubliés.

 

Ni perdu l’inspiration.

 

C’est juste que cette semaine, très précisément, c’est l’anniversaire de mon pot de départ, de mon début de congé sabbatique, de mon départ en voyage. Le voyage qui fut la raison de ce blog.

 

Et…

 

…Je n’arrive pas bien à mettre des mots là-dessus. J’ai des images qui me viennent à tout moment, sans cesse, sans raison et sans logique, dans le métro, en travaillant, en introduisant la pièce dans la machine à café, en courant, mais quand Thomas m’a demandé « Et quand tu repenses à tout ça, il y a une image qui te revient à l’esprit ? », ce fut le black-out, non pas moyen de faire surgir une image. Elles remontent à la surface tout le temps sauf quand j’y réfléchis.

Un an après le départ, tout ce que je peux dire c’est que les six mois de retour à Paris sont passés aussi vite que les six mois de voyage. Je trouve ça assez positif.

 

Bref justement je ne voulais pas revenir là-dessus et avec l’arrivée du printemps, j’avais envie de poster quelque chose de léger, de frais.

 

Ce que j’ai de frais à partager avec vous, c’est ça ; tout le monde devrait avoir un peu de ça dans la poche, à se faire couler dans l’oreille.

 

 

(cliquez pour visionner sur youtube...)

Même les vidéos sont fraîches :

 

Let your hips do the talking

 

Bienvenue au jardin, c’est le printemps !

 

 

 

I see you building a castle with one hand

while tearing down another with the other

 

Ce printemps 2012, il me semble un peu miraculeux. Les petites feuilles aux arbres, j’ai l’impression que je ne les avais pas vues depuis des années. C’est délicatement étrange. Dimanche après-midi, plantée à la fenêtre du salon je regardais les arbres feuillir, je me suis étirée comme un chat contre la vitre pour prendre le soleil de haut en bas, il était déjà 17h, l’immeuble d’en face ne laissait plus passer qu’un filet de soleil déclinant.

 

Dimanche c’était le 1er avril. Ce jour-là est un peu devenu une date jalon pour moi : premier avril, premier jour de liberté.

Je reculé de la fenêtre, j’ai quitté la chaleur du soleil, et j’ai pensé à Jerry et Tammy certainement assis dans les rockings chairs devant leur maison, baignés par le soleil déclinant sur les collines du Nebraska, un chaton noir allongé sur le plancher jouant du bout de ses petites pattes blanches avec la queue de la chienne Aggie, indifférente.

Publié dans ****

Commenter cet article

julyeen 06/04/2012 21:37

Tu devrais postuler chez Nova...

Elsa 07/04/2012 09:06



ah bon pourquoi ils aiment Kings of Convenience ?



Thomas V 05/04/2012 10:27

Apprendre à vivre intensément.
Avoir pris du recul et au retour, voir tout différemment. Mieux, voir tout court.

Ce qui change pour chacun, c'est la durée de ce 2ème effet kiss-kool... jusqu'à quand cette légèreté. Quelle année sera le prochain 1er avril pour s'envoler à nouveau ?

Et puis je suis d'accord, cette semaine est spéciale...

Elsa 05/04/2012 14:25



Oui c'est ça : voir, tout simplement.


La légèreté comme tu as pu le constater n'a pas duré, le regard acéré ou le recul, si.


Il y aura d'autres 1er avril, parce que ce n'était qu'un flocon qui va faire boule de neige...


Plus que quelques heures pour finir cette semaine spéciale, Bon vent à toi, Thomas !