Hit the road, Zaz

Publié le par Elsa

Il a bien fallu partir... Tammy a pleuré, j'avais les larmes aux yeux, merde alors, ce ne sera jamais facile de quitter ces gens là.

J'ai klaxonné trois fois et puis je n'ai plus regardé derrière moi, sinon c'aurait été trop dur.

J'ai traversé la moitié ouest du Nébraska en diagonale, vers le nord ouest. Les Sandhills exercent décidément un pouvoir d'attraction sur moi que j'ai du mal à m'expliquer. J'ai vu les millions de petites collines bossues devenir des courbes de plus en plus amples et quand les courbes sont devenues des plaines immenses ondulants vers l'horizon, je suis entrée au Wyoming le coeur serré.

Au ranch le temps s'étire parfois pendant de longs moments de rêvasserie oiseuse. Au début les jours semblent nombreux, les occasions de faire des choses avec Jerry et Tammy aussi, profiter d'eux, être là, partager leurs vies qui sont tellement différentes de la mienne. Et puis tout à coup le temps se rétracte, c'est déjà demain, aujourd'hui, maintenant qu'il faut partir !

La route fut longue. Et belle. J'ai vu des orages au loin, de chaque coté de l'Interstate 25. Au sud un orage bleu électrique sur l'or des champs de blé, au nord une masse nuageuse d'un gris sale sur les plaines désertiques.

Casper est apparue tardivement, quand je comptais les miles un à un au tableau de bord. Des dizaines de miles sur cette autoroute bordée de plaines insondables, pas un village pendant un temps infini. Y a-t-il vraiment une ville derrière une de ces immenses vagues vertes et blondes ?

Puis, comme Las Végas finit par apparaître dans le brouillard de chaleur du désert du Névada, Casper était là tout soudainement et en un coup de volant me voila installée au rez de chaussée dans un motel un peu miteux.




Dans l'album, il y a une photo des invités et des Rowses ce matin en partant.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pasdepardon 06/07/2013 11:37

Que d'émotions, je doute que tu n'y retournes pas une nouvelle fois. Peut-être accompagné de ton cow boy ? Ah si je n'avais pas ce foutu mal de dos, je te proposerai d'y retourner ensemble, dans
une autre vie...en lisant ton mail, j'ai eu l'impression qu'il avait été écris par Clint Eastwood. Je t'embrasse

Elsa 06/07/2013 14:57


Ah ca oui ca te plairait. J'ai de la chance, monter à cheval n'a pas d'incidence sur mon mal de dos. Ce n'est ni mieux ni moins bien. Mon cowboy a peur des chevaux, on verra pour la prochaine fois
!